Attaques racistes à Boukhalef

La violence dans Boukhalef, un quartier de Tanger dans le Nord du Maroc,a atteint une nouvelle dimension. Vendredi soir, le 29 Août, un groupe raciste et armé de couteaux et de battes ont attaqué des migrants et tué au moins une personne – un Sénégalais – en lui coupant la gorge avec un couteau. Plusieurs autres ont été gravement blessés et ont été amenés à l’hôpital. Certains d’entre eux sont toujours dans un état critique. Les gens parlent de jusqu’à 3 décès , non confirmés.

Ce n’est pas la première fois cet été qu’un grand groupe de Marocains attaque les migrants. Dans la nuit, le 20 Juin un appartement de migrants a été attaqué après une discussion entre le propriétaire et des migrants.Le feu a été mis à l’intérieur de l’appartement et plusieurs personnes ont été blessées après un combat. Le 15 Août, il y a seulement deux semaines, les migrants et une espagnole militante des droits humains ont été attaqués quand ils rentraient d’un festival africain dans le centre-ville. Les femmes ont été harcelées sexuellement. La police n’a  pas voulu intervenir, ont laissé faire, et ont même fait des blagues menaçantes à l’égard des victimes.

Ce samedi après le meurtre d’au moins un migrant, les migrants se sont
réunis pour faire une manifestation et porter le corps du Sénégalais mort dans le centre de la ville pour protester contre cette violence insupportable et exiger la «liberté» et les «droits humains». Mais ils ont été violemment interpellés par la police,des témoins parlant de tabassage des migrants. Beaucoup de gens ont été blessés et ont été hospitalisés (à ce jour, nous n’avons pas des informations claires sur le nombre).

Lors des trois agressions de ces derniers mois les agresseurs ont attaqué les migrants, en criant des slogans racistes sans l’intervention de la police qui était pourtant présente. Des témoins rapportent que parmi eux il n’y avait pas seulement des monstres racistes , mais des groupes organisés avec dirigeants. Les migrants parlent d’un climat raciste très important et très menaçant ce trimestre. Ils ont peur de quitter leurs maisons. Un migrant présent lors des événements a déclaré: «Il semble qu’ils veulent nous chasser tous et en même temps le gouvernement marocain nous empêche de sortir. Nous ne pouvons pas supporter cela plus longtemps. Le monde doit faire quelque chose “.

Depuis samedi soir, la situation s’est calmée un peu avec une énorme présence de la police partout dans les rues de Boukhalef.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s