Informations de base sur Mellila

Melilla Grande Libre

Melilla est une ville en territoire marocain qui appartient à l’Espagne. Historiquement, ce n’ était qu’un accord  militaire, mais dans la seconde moitié du XX siècle, la ville a grandi pour devenir le port commercial qu’elle est aujourd’hui. En dépit de cette évolution, Melilla maintient toujours un lien fort avec le passé colonial et  avec l’histoire fasciste de l’Espagne, car la plupart des généraux qui faisaient partie du coup d’Etat de 1936 ont passé une bonne partie de leurs vies militaires dans les colonies espagnoles marocaines . Preuve en est le nombre élevé de monuments et rues dédiées au régime franquiste, que vous pouvez encore voir aujourd’hui autour de Melilla.

Comme cette frontière est la seule frontière terrestre existante (à l’exception de Ceuta) entre l’Afrique et l’Europe,elle a souvent été  considéré comme un point d’entrée facile vers l’UE . Pour cette raison, la ville subit une forte pression migratoire depuis la fin des années nonante.

C’est pour cette raison que le gouvernement espagnol a construit le célèbre clôture de Melilla en 1998, qui a ensuite été élargi en 2005 et 2007, transformant Melilla en une prison à ciel ouvert pour les migrants «irréguliers».

Pour garder les migrants sous contrôle, en 1999, le gouvernement a construit le CETI (Centro de Estancia Temporal par Inmigrantes), un centre d’une capacité de 480 personnes. Tous les migrants «irréguliers» dans Melilla doivent être hébergés dans ce centre. Sa population réelle est actuellement d’environ 1300 personnes, en raison des passages fréquents des barrières ces derniers mois  ainsi que des passages aux autres postes frontaliers  (par exemple avec de faux passeports, cachés dans les voitures – voir ci-dessous). En dehors de la nourriture et un endroit pour dormir, être admis dans le CETI signifie également entrer dans le processus bureaucratique de l’enregistrement et/ou  recevoir officiellement «“la orden de expulsion del territorio nacional”, l’ordre d’expulsion du territoire national. Le gouvernement organise chaque semaine des ferries, connu sous le nom de «salida» parmi les migrants. Ces bateaux transportent un nombre d’environ 80 migrants du CETI à l’Espagne continentale, à Malaga ou Almeria. En arrivant, les migrants ont la permission de séjourner légalement pendant deux ou trois mois sur le territoire espagnol, et une ONG les accueille pour cette période. Après cela, ils restent illégalement sur le territoire espagnol et ils peuvent facilement devenir victimes de raids de police. Ils finissent alors dans des centres de détention, et peuvent être expulsés par la suite.

Il existe une variété de communautés à Melilla et leurs situations sont très différentes, en fonction de leur statut juridique ainsi que des moyens  de passage de la frontière:

Africains sub-sahariens: Un petit nombre d’entre eux arrivent par bateau ou par d’autres moyens, mais la grande majorité entre dans la ville en sautant la clôture. Ils sont les moins fortunés parmi les migrants. Beaucoup d’entre eux n’ ont pas d’autre choix – il n’ont pas l’argent pour payer la traversée en bateau ou caché dans une voiture – que de camper dans la montagne de Gourougou , dans le froid et exposés aux descentes de police marocaine, en attendant le  moment pour tenter un passage. Ils sont également les plus connus des migrants en raison de leur façon spectaculaire d’entrer en Europe. En réalité seulement 20% des migrants  entrent de cette façon à Mellila.

Les principales communautés sub-saharienne à Melilla sont du Cameroun et du Mali, ainsi que de la Guinée Conakry, de la Côte d’Ivoire, du Nigeria, de Gambie et du Sénégal.

Syriens: La majorité d’entre eux sont actuellement dans le CETI . Ils fuient la guerre et le chaos que l’Europe et l’Union européenne ont contribué à créer au Moyen-Orient au cours des dernières années. Un grand pourcentage appartient à la classe moyenne syrienne qui a assez d’argent pour échapper à la guerre, acheter un billet d’avion pour le Maroc ou l’ Algérie, puis traverser à Melilla. Beaucoup d’entre eux sont kurdes, de la région de Rojava et de la ville de Kobane, une zone de guerre. Leur principal moyen d’entrer dans Melilla est en achetant illégalement un passeport marocain pour environ 2000 €, puisque les Marocains peuvent légalement visiter Melilla et entrer par les points de contrôle frontaliers réguliers. D’autres paient des montants similaires à la contrebande et passent par d’autres moyens.

Algériens: Ils sont moins nombreux et beaucoup d’entre eux n’ont pas le droit d’entrer dans le CETI parce qu’ils n’ ont pas de passeport. Dans ce cas, et en raison de la suspicion d’être des Marocains qui tentent de se faufiler en revendiquant la nationalité algérienne, l’état refuse l’entrée d’un grand nombre d’entre eux dans le CETI. Pourtant aucune autre nationalité ne doit présenter leur passeport pour être admis. Beaucoup d’entre eux dorment dans des “chabulas” – bidonvilles – près de la CETI en attente d’être admis à l’intérieur. Les migrants qui ne sont pas inscrits dans le CETI ne sont pas inclus dans les salidas de l’Espagne continentale. Les Algériens qui  atteignent l’Espagne continentale sont normalement immédiatement mis dans un CIE (Centro de Intenamiento de Extranjeros), un centre de détention pour les étrangers, et déportés dès que leur nationalité a été prouvée. C’ est l’une des raisons pour lesquelles de nombreux Algériens ne portent pas de documents originaux sur eux.

Marocains: Comme ils appartiennent à un pays qui a une frontière physique avec l’Espagne, ils n’ ont pas le droit d’être hébergé dans le CETI, et si ils sont interceptés par la police, ils sont expulsés immédiatement. Les citoyens marocains des villes voisines  Beni Enzar et Nador ont un visa spécial leur permettant d’entrer à Melilla librement pendant la journée. Ils ne sont, cependant, pas autorisés à y passer la nuit.

Mineurs: Il y a aussi un assez grand nombre de mineurs non accompagnés vivant dans Melilla. La majorité sont Marocains, et ont passé la frontière  par des points de contrôle  officielles, se cachant des autorités ou en nageant à Melilla. La nuit, ils essaient de se faufiler sur des navires porte-conteneurs qui partent vers Malaga ou Almeria au port en se cachant dans ou entre les conteneurs ou en grimpant dessus après avoir sauter dans l’eau. Beaucoup d’entre eux sont officiellement logés dans “La Purisima», mais préfèrent vivre dans la rue ou dans des chabulas en raison des peines sévères et mauvais traitements qu’ils reçoivent dans ce centre par certains des éducateurs.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s