Après Gourougou et Boukhalef: Destruction de camps de migrant(e)s à Oujda

Les autorités marocaines continuent leur campagne de répression contre les communautés de migrant(e)s du nord du Maroc, en détruisant les infrastructures et en déportant les migrants.

Screenshot from 2015-08-18 23:08:01
A la “Fac” à Oujda (une ville proche de la frontière algérienne), une partie occupée de l’université Mohamed I, a servi de lieu de refuge pour des migrant(e)s pendant plusieurs années. Bien que la ville de tentes étaient hiérarchiquement maîtrisée, par exemple, par certaines structures d’étudiants, cette fac occupée étaient une partie importante de l’infrastructure pour les migrants. Les gens qui viennent à la frontière de l’Algérie, les gens qui avaient subis blessures et reçu un traitement à l’hôpital d’  Oujda, ou des gens qui ont besoin de prendre une pause suite à la fatigue et la peur subies dans des camps détruits, pouvaient trouver quelques jours de repos dans la Fac occupée.
Cependant, samedi dernier autour de 3h00 du matin, les forces de sécurité marocaines ont encerclé le camp, expulsé et détruit, arrêtant environ 200 personnes. Prèsque la moitié d’entre eux ont été libérés, parce qu’ils étaient mineurs ou en possession de papiers, l’autre moitié d’entre eux ont été  déportés vers les villes dans le centre et le Sud du Maroc(par exemple  Rabat), comme un rapport de AMDH détaille.

Après la destruction des camps de migrant(e)s et maisons squattées à Nador (Février) et Tanger(Juillet), c’est la troisième fois cette année que l’Etat marocain détruit les l’infrastructures des communautés de migrant(e)s dans le nord du Maroc. Un article Yabiladi affirme que les expulsions à Tanger ont été décidées sous le prétexte des  préoccupations de la population de Boukhalef,et suite à la montée des tensions dans Boukhalef entre marocains et subsahariens.
Cependant, ces tensions sont en partie le résultat des politiques racistes , des stéréotypes intentionnelles de criminalisation des migrants par certains médias.

Depuis Février, et la fin du processus de régularisation bidon, le Maroc avait envoyé un message clair de tolérance zéro des camps de migrants dans le nord du Maroc à l’Europe, continuant à jouer les gardes frontières en échange d’importants financements.
La campagne de destruction et d’expulsion a provoqué l’itinérance, des conditions de vie abominables, de nouvelles violations des droits de l’homme, et la détérioration générale de la situation.

Ces traitements infligés aux candidats migrant(e)s à toutes les frontières de l’Europe ( Italie,Grèce, Balkans….) reflètent une volonté manifeste de l’Europe d’interdire à « l’étranger » de trouver un refuge sur« nos terres » et de retrouver une certaine dignité de vie. Il en revient à rendre la vie des migrants  aux frontières impossible, à  infliger des  tortures, dans le but de préserver nos « capitaux »  et de maintenir notre dominance totale sur les pays d’origine des migrants, ceci avec la collaboratton des pays frontaliers (ici le Maroc).
L’Europe et le Maroc sont responsable de cette enfer que vivent des dizaines de milliers de humains.

Il est temps que les autorités marocaines assume une certaine responsabilité pour le chaos qu’ils créent et que l’Union Européenne cesse de tourner un oeil aveugle à l’enfer qu’il finance.

ARRETEZ LA GUERRE CONTRE LES MIGRANTS
NO BORDERS

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s