Le 6 Février 2016: 400 manifestent à Rabat

Le 6 Février 2016, une action de protestation transnationale a eu lieu au Maroc et en Europe pour commémorer les migrant(e)s tué(e)s à la frontière par la Guardia Civil il y a exactement deux ans à Tarajal sur la plage de Ceuta.

Environ 400 personnes se sont rassemblées sous le slogan « arrêtez la guerre contre les migrants» en face de l’ambassade d’Espagne à Rabat pour protester contre la politique frontalière meurtrière de l’Union européenne. Le “Comité de Suivi du Réseau pour la Mobilisation du 6 Février 2016 Maroc” composé de diverses organisations sub-sahariennes et marocaines des droits humains, de militant(e)s des camps de Tanger et Nador, ainsi que des collectifs transnationales ont organisé l’événement.

Des migrant(e)s principalement subsaharien(ne)s, mais aussi des Marocain(e)s solidaires ont fait la route de Tanger, Tétouan, Nador, Oujda, Fès,Meknès, Casablanca, Tiznit et Laayoune vers la capitale. La manifestation a été rejoint par des militant(e)s européen(ne)s aussi. Des slogans comme la liberté, la dignité, l’ouverture des frontières ont été scandés rageusement vers l’ambassade d’Espagne. Continue reading

Advertisements

Janvier 2016: Boza, push-backs, morts

Résumé non exhaustif

02/01/2015 Ceuta
12 boza
http://www.eldiario.es/politica/Doce-inmigrantes-desembarcan-Ceuta-patera_0_469303153.html

02/01/Tarifa
11 Boza dont 4 femmes
http://www.eldiario.es/andalucia/Interceptada-patera-varones-menores-Estrecho_0_469303223.html
http://watchthemed.net/index.php/reports/view/400

02/01/2015 Ceuta
Un cadavre retrouvé sur la plage de Benzu
http://elfarodigital.es/ceuta/sucesos/177091-lacadaver-de-un-subsahariano-en-la-playa-de-benzu.html
http://www.ceutaactualidad.com/articulo/inmigracion/ultima-hora-hallan-cadaver-hombre-raza-negra-costa-benzu/20160102105404018736.html

02/01 Ceuta Continue reading

Décembre 2015: Boza, push-backs, morts

Malgré la répression féroce des forces Marocaines aux frontières, des rafles dans tous les camps ou se réfugient les migrants, des “retours à chaud” réguliers par la Guardia Espagnole, les migrants continuent leur lutte pour passer les frontières. Les risques qu’ils prennent sont proportionnelles aux dispositifs mis en place par les autoritées marocaines et Européennes et ont doit malheureusement comme à toute les frontières Européennes compter les morts et les blessés parfois très grave .
NOBORDER!

Résume non exhaustif

01/12 Malaga
41 Boza dont 4 femmes et 2 enfants, 5 amenés à l’hopital
http://ecodiario.eleconomista.es/espana/noticias/7189807/12/15/Sucesos-Rescatan-a-41-personas-entre-ellas-dos-ninos-en-una-patera-a-46-millas-al-sur.html?utm_source=crosslink&utm_medium=twitter

01/12 Gran Canaria
10 à 15  Boza
http://www.eldiario.es/canariasahora/sociedad/Localizadas-personas-patera-Gran-Canaria_0_458104930.html
http://www.eldiario.es/canariasahora/sociedad/detenidos-huida-patera-Gran_Canaria_0_457755240.html

02/12 Gran Canaria Continue reading

APPEL à la mobilisation: actions transnationales du 6 fevrier

Le 6 fevrier approche! Le deuxième anniversaire du massacre de Ceuta, lorsque la Guardia Civil a tué au moins 15 migrants sub-sahariens sur la plage de Tarajal. L’année dernière nous avons organisé une cérémonie de commémoration à Tanger, cette année la mobilisation est encore plus grande:
    
Beaucoup d’initiatives marocaines, sub-sahariennes et transnationales, ont convergé pour revendiquer la justice! Des mobilisations de masse ont lieu au Maroc et en Europe. Le 6 fevrier il y aura des sit-in, des manifs, des soirées d’info à Rabat, Ceuta, Barcelone, Berlin et Strasbourg.
Vous pouvez vous renseigner sur les différentes activités et sur les revendications sur le blog de mobilisation transnationale: http://6feb-ceuta.org/
“Nous sommes des militants de collectifs, d’associations, d’initiatives et de mouvements différents et nous nous battons pour la liberté de circulation pour tous ! Nous sommes du Cameroun, de Syrie, du Mali, de l’Erythrée, du Sénégal, d’Espagne et d’Allemagne, de Tunisie, du Maroc, de France et de beaucoup d’autres pays. Nous n’acceptons plus qu’il y ait autant de morts dans la Méditerranée. Nous savons qu’il est possible de «vivre ensemble» et d’envisager une politique d’égalité et de respect des droits car nous construisons des réseaux de solidarité depuis des années. Les évènements du 6 février 2014, lorsque la Guardia Civil espagnole a tué 15 personnes qui arrivaient à Ceuta à la nage,ne concernent pas simplement l’Espagne ou le Maroc, ce sont des problèmes mondiaux. Nous nous unissons donc dans une lutte transnationale pour la démilitarisation des frontières, la liberté de mouvement et la justice mondiale.” 
JOIGNONS LES ACTIONS DU 6 FEVRIER ET LA LUTTE POUR LA DIGNITÉ, LA JUSTICE ET LA LIBRE CIRCULATION!
ARRÊTEZ LA GUERRE CONTRE LES MIGRANTS!
PAS UN MONDE SANS MIGRATION!
NO BORDERS!

Ceuta: 185 Boza, des morts, des blessés

La nuit du 25/12/2015 plusieurs centaines de migrants ont essayé d’atteindre Ceuta en attaquant les barrières ou/et à la nage

Selon certaines mainstream media 200 ont essayé de sauter les grillages et 200 autres de rejoindre Ceuta par la mer.

Selon certains mainstream media 185 ont atteint Ceuta dont beaucoup blessés par les barbelés. Douze ont été hospitalisés dans des états graves.Ils semblent que ces tentatives de passages se sont passés dans une extrême violence.

Selon le gouvernement marocain plus de cent ont été refoulés vers le Maroc. Continue reading

Routine de persécution – Les conditions insupportables des migrants subsahariens dans le nord du Maroc

En raison de la situation dramatique aux frontières extérieures orientales de l’UE,la situation hispano-marocaine a tendance à être éclipsé. Pourtant,des migrants d’Afrique centrale et de l’ouest continuent à subir dans le nord du Maroc l’oppression et la violence raciste sur leur chemin vers l’Europe.

Continue reading

Novembre 2015: Boza, Push back, Morts

Résumé non exhaustif

En ce mois de Novembre plusieurs migrant(e)s sont décédé(e)s noyé(e)s, lors de l’escalade des grillages, lors d’assault de la police ou des forces auxiliaires. La pression migratoire reste irrémédiablement présente, malgré la répression, les rafles, les déportations pour éloigner les migrant(e)s de la frontière Nord du Maroc. Les migrant(e)s cherchent de nouvelles voies pour atteindre l’Europe . Ces chemins deviennent de plus en plus dangereux, ce qui provoquent de plus en plus de décès. Heureusement certain(e)s réussissent à atteindre malgré tout leurs objectifs.

01/11 Ceuta
Enterrement d’un deuxième migrant cette semaine: Identité inconnue
http://www.ceutaldia.com/content/view/109885/63/ Continue reading

Nouveaux assassinats à la frontière Maroc/Espagne à Fnideq (Ceuta/Nord du Maroc)

Suite à une nouvelle rafle dans les abris de migrant(e)s par les forces auxiliaires Marocaines à Castillejos/Fnideq près de Ceuta, deux jeunes Camerounais sont morts asphyxiés ou brûlés selon les sources d’informations, ce 30 novembre 2015. 
.
« Selon l’ONG espagnole ]Caminando Fronteras] , les forces auxiliaires ont entamé hier (lundi 30 novembre) vers 10h30 une opération visant à déloger des subsahariens qui s’étaient réfugiés dans les grottes situées derrière l’hôtel Ibis à quelques mètres de la frontière avec Ceuta. Toujours selon l’ONG, les forces de l’ordre ont allumé un feu pour tenter de déloger les migrants des grottes.

Continue reading

Résumé non exhaustif des passages,refoulements et morts aux frontières Maroc/Espagne Septembre/Octobre 2015

Ces deux mois ont été caractérisés par une lutte des migrants et des passages fréquents en bateau ou en escaladant toujours les grillages à Ceuta et Melilla. Le gouvernement marocain au service de l’Europe répond à ces passages par une répression intense dans les forêts et les villes aux frontières, et par la déportation de nombre de migrants vers le Sud du Maroc. On doit aussi constater des refoulements illégaux de plus en plus fréquents de “pateras” par Salvamento Maritimo et Frontex, et le transfert de ces pateras à la Marine Marocaines. Les migrants arretés ainsi sont également déportés vers des villes dans le Sud du Maroc. La fermeture des frontières et la répression qui l’accompagne rend les routes de migrations de plus en plus dangereuses et a comme conséquence des décès “accidentelles” d’après les autorités lors de refoulements violents ou suite à des défaillances des services de secours !

02/09/2015:Ceuta
13 Boza: Wellcome!
http://www.20minutos.es/noticia/2546235/0/desembarcan-13-subsaharianos-dos-ceilandeses-costa-centro-ceuta/ Continue reading

Destruction à Boukhalef

Après les rafles, les déportations et les assassinats de la premiere semaine d’Octobre, les autorités marocaines continuent de semer la terreur dans les communautés des migrants.
La majorité des  violences étaient jusque-là concentrées sur Cassiago (Ceuta) et Nador (Melilla),mais samedi dernier (10/10/2015) la police a commencé à détruire les campements et les affaires des migrants qui vivent à Tanger.
Suite aux grandses rafles et déportations de juillet dernier, les communautés de migrants qui vivaient dans des maisons squattées se sont retrouvés à la rue. Grace à la force de leur volonté, ces habitants de Tanger se sont construits une vie dans les forêts et les champs aux alentours de Boukhalef, voir la situation ici.
Le samedi 10/10/2015, la police est venue très tôt dans la “forêt camerounaise” à l’entrée de Boukhalef (chez Aswak Assalam, le grand supermarché)), et dans les petites forêts de Sénégalais à coté de l’aéroport. Ils ont détruit les campements, brûlé les dortoirs précaires, arrêté et déporté les gens, et ont rendu la vie des migrants encore plus difficile.
Voilà quelques images et vidéos, prises et filmées par des militants migrants, qui montrent l’étendue des destructions.

 

(en francais, sous-titres en anglais)

 

20151011_151404  20151011_15131420151011_151352

Ce qui reste des dortoirs et des bunkers….

 

Et les affaires personnelles, dispersées et détruites.

20151011_152522
Désormais, les inhabitants des ces forêts vont dormir dans la rue, dispersés et sans recours a rien.

La coopération UE-Hispano-Marocaine assassine: Arrestations et déportations massives et deux nouveaux morts! Les morts oubliés!

3carte-octobre-2015

Depuis le 03/10/2015, nuit ou 200 migrants ont tenté le passage des barrières à Ceuta et ou 87 d’entre eux ont réussit, plusieurs autres tentatives ont eu lieu par des centaines de migrants. Depuis le Maroc a encore augmenté son dispositif militaire de sécurité de cette frontière et renforcé les grillages.

On apprend ce 09/10 que deux migrants, un Camerounais et un Guinéen sont mort lors de leur tentative de passage. Ces deux personnes étaient sur une embarcation le matin du 9 octobre 2015 qui tentait d’atteindre Ceuta et qui a été intercepté par la marine royale marocaine, et c’est là que les deux hommes ont été tabassés et sont ensuite morts.
Une vingtaine d’autres personnes présentes sur l’embarcation et donc témoin de ces faits auraient été mises dans une fourgonnette, enfermées pendant 12 heures puis emmenées à la gendarmerie de Fnideq. http://cadenaser.com/ser/2015/10/09/internacional/1444425919_850628.html

Toutes les tentatives de passage de ces jours ont été réprimées avec une violence extrême par la gendarmerie marocaine et ses forces auxiliaires.. Tous les migrants qui tentaient le passage ont été très violemment arrêtés et amenés dans des bus vers le sud du Maroc
http://elfarodigital.es/ceuta/politica/171899-marruecos-se-blinda-tras-el-cuarto-intento-de-entrada-consecutivo.html#

Dans le même temps les forets et camps autour de Ceuta (Castillego) ont été raflés. Continue reading

De l’efficacité des fermetures des frontières : En deux jours 86 Boza à Ceuta + plus de 400 Bozas dans des bateaux gonflables

Ce 03/10 /2015 200 migrants ont tenté d’escalader les grillages à Ceuta. 87 d’entre eux ont réussis à grimper les grillages et à atteindre Ceuta à la nage. Treize d’entre eux ont été blessés et ont été amenés à l’hôpital.  Voilà un article complet en esp et photos

Pour rappel 06 février 2016 date de commémoration de l’assassinat le 06/02/2014 de migrants qui tentaient le meme passage à Ceuta dans les memes conditions.

Du côté Marocain vraisemblablement beaucoup des migrants qui tentaient le passage ont subit de graves violences par la police Marocaine. Il y avait du côté Marocain beaucoup d’ambulances qui faisaient des allez retour.
Suite à cette tentative de passage la police Marocaine effectue des ratissages des forêts autour de Ceuta et à Boukhalef (Tanger), ainsi qu’à Nador. On nous annonce des bus d’arrestation sur place pour évacuer les migrants arrêtés .
La gendarmerie annonce suite à cet assault un renforcement de la sécurité aux frontières! Continue reading

JUILLET ET AOUT 2015 : Boza, not Bozas , morts, blessés ou disparus

Toujours beaucoup de migrants prennent la mer pour essayer d’atteindre l’Europe ou essaient toujours d’ escalader les barrières à Ceuta et Melilla. Il y a eu plusieurs blessés, morts et disparus en juillet et aôut. Grâce à une collaboration au top entre Salvamento maritimo (service de recherche espagnol en mer) et la marine marocaine de nombreux bâteaux sont détectés par les Espagnols et secourus par la marine marocaine sans que nous sachions exactement si le bâteau se trouve bel et bien en zone territoriale Marocaine ou si ils se font refouler vers ses eaux par la garde Espagnol .

Ici une carte des eaux territoriales Espagnols. https://twitter.com/salvamentogob/status/620642581823815680?s=02

Update de la situation au 1 juillet 2015 Continue reading

Rencontre des militants: Voix des Frontières – Perspectives sur la migration de l’Afrique de l’Ouest/Centrale et du Nord vis-à-vis l’Union Européenne

Ce weekend, nous organisons une rencontre des militant*e*s qui luttent pour la libre circulation, à Rabat. Voilà le programme:
La rencontre va reunir des militant*e*s du Maroc, des marocain*e*s et des subsaharien*ne*s, de la Tunésie, et de l’Europe. On va échanger les
expériences de nos luttes locales et transnationales, par rapport à la migration. Notre but, c’est une perspective compréhensive sur la situation actuelle aux frontières européennes, de souligner l’expérience commune de l’Afrique de l’Ouest/Centrale et de l’Afrique du Nord par rapport à la migration, à travers des évènements culturels et discussions politiques.
Nous discuterons les possibilités d’unir les différentes initiatives et réseaux locaux à une lutte transnationale de solidarité. Nous revendiquons le droit fondamental de la libre circulation, et nous dénonçons les violations des droits de l’homme commanditées par l’Europe!

Lieu: Centre Culturel African du Maroc, 4 Rue Oued Souss, Rabat Agdal (près de l’arrêt du Tram Nations Unies)

PROGRAMME: Continue reading

Après Gourougou et Boukhalef: Destruction de camps de migrant(e)s à Oujda

Les autorités marocaines continuent leur campagne de répression contre les communautés de migrant(e)s du nord du Maroc, en détruisant les infrastructures et en déportant les migrants.

Screenshot from 2015-08-18 23:08:01
A la “Fac” à Oujda (une ville proche de la frontière algérienne), une partie occupée de l’université Mohamed I, a servi de lieu de refuge pour des migrant(e)s pendant plusieurs années. Bien que la ville de tentes étaient hiérarchiquement maîtrisée, par exemple, par certaines structures d’étudiants, cette fac occupée étaient une partie importante de l’infrastructure pour les migrants. Les gens qui viennent à la frontière de l’Algérie, les gens qui avaient subis blessures et reçu un traitement à l’hôpital d’  Oujda, ou des gens qui ont besoin de prendre une pause suite à la fatigue et la peur subies dans des camps détruits, pouvaient trouver quelques jours de repos dans la Fac occupée. Continue reading

Après les expulsions – aux alentours de Boukhalef

Depuis les explusions début juillet, pour les migrant(e)s la situation du logement à Boukhalef ressemble désormais à celle de Cassiago (Ceuta) ou de Nador (Melilla): la plupart des gens vivent dans des forêts, sans abri.

En général, on ne refuse pas à tous les Subsaharien(ne)s de louer une chambre. Mais pour la plupart, ce n’est pas une option car les propriétaires demandent souvent des cautions de deux mois  – pour quelqu’un(e) qui n’a rien, ou pire, un contrat de location – pour quelqu’un(e) qui n’a pas de papiers. Pourtant, il y a des maisons à Doha et à Miznana (deux quartiers avant Boukhalef) où il y a courrament beaucoup des “Blacks”.

Les autres vivent dispersés dans plusieurs forêts aux alentours de Boukhalef. Les gens passent la journée dans les rues de Boukhalef, à la recherche d’un petit business (vendre des cigarettes, du café, faire la coiffure) ou ils/elles demandent la charité.

Quelques forêts sont éloignées, donc il faut marcher au moins 3km, et partout les conditions de vie sont difficiles. Continue reading

Mise-à-jour de la frontière: au moins 5 morts

Ces derniers jours, la situation à la frontière européenne-marocaine est des plus catastrophique. Au moins cinq personnes ont trouvé la mort dimanche dernier : selon les chiffres officiels, quatre migrants subsahariens se sont noyés en tentant de nager pour rejoidre Ceuta (Une ONG locale évoque 8 Décès : 4 confirmés et quatre personnes disparues. Elle parle également d’une autre petite embarcation qui n’a pas été secourue). Le même jour, un migrant marocain meurt asphyxié dans le coffre de la voiture de son frère, sur le ferry pour Almeria.

Nous sommes tristes et furieux. L’ Europe forteresse a à nouveau tué cinq personnes, et blessés bien plus encore!

Chaque nuit, les gens essaient de traverser la méditerranée, à la recherche d’une vie meilleure, et se heurtent à une répression impitoyable. Continue reading

Mise-a-jour de la situation au Nord du Maroc

Depuis les expulsions des appartements squattés par les migrant.e.s au début du mois de juillet, la situation a Tanger ne s’est pas ameliorée. Les ex-occupants des immeubles sont désormais dispersés dans les forets dans les environs de Boukalef, a proximité de l aéroport et du stade. Ils dorment dehors, sur des cartons, et doivent désormais parcourir plusieurs km pour se rendre en ville. Une minorité a pu louer une chambre dans la Médina ou a Miznana. D’autres, environ 150 personnes, surtout des femmes et des enfants se sont réfugiées dans l’église espagnole (Caritas) à Tanger. Mais l’occupation de l’Église est déśormais terminée.
La police continue de harceler les subsahariens dans tous les quartiers, empéchant les regroupements de plus de 5 personnes. Il y a des renforts de sécurité sur les cotes pour dissuader les migrants de tenter la traversée.
Situation a Nador:
Le 18 juillet, il y a une rafle dans la foret de Bolingo. Personne n’ a été arreté. Les arrestations ont lieu au marché de Selouane et de Nador quand les migrants descendent faire leurs courses. Le 22 juillet la police a fait une rafle dans la foret arretant et déportant vers Fes environ 70 personnes.

Malgré cette répression, des dizaines de migrants ont réussi le passage de la méditerranée ces derniers jours dont des Syriens, des Algériens et des subsahariens. Beaucoup d’autres bateaux ont été interceptés par la marine marocaine et les occupants ont été ramenés à Tanger.
Ni la répression au Maroc commanditée par l’Europe, ni les dispositifs “sécuritaires” aux frontrières n’empecheront ces migrations. Ces dispositifs rendent seulement les traversées toujours plus risquées et ne font qu’alimenter le business des “passeurs” que l’UE veut rendre responsable des “accidents” et des morts dans la méditerranée. Mais qui sont les vrais responsables de ces drames ?

Des dangers des frontières : Update 1/07/2015

Malgré une répression « renforcée » beaucoup de personnes essaient d’atteindre l’ Europe à partir du Maroc , caché(e)s dans des voitures, tentant d’escalader les grillages à Ceuta ou Melilla, ou par bateau (Depuis 2015 71 pateras avec 1260 migrants arrivés en Andalousie).

Ces tentatives de passage amènent parfois des drames humains, des blessés graves ou des disparitions qui souvent ne sont pas rapportés par les mainstreammedia ou par les autorités. Ainsi il n’est pas rare que certains nous alerte sur la disparition d’un migrant lors d’une tentative de passage. Des recherches avancées restent souvent vaines!
La répression organisée par le Maroc en collaboration avec l’Espagne et financée par l’Europe s’étend aux frontières par une militarisation importante,par des véritables rafles dans les forêts où les migrant(e)s se refugent, dans les Soukh et dans les villes où les migrant(e)s vivent. Continue reading