Repression in Tanger

Migrants from Tangier as well as associations of Tanger (AMDH, Armid, Chabaka, Atack Tanger, visa sans frontières) in cooperation with associations of Rabat (conseil de migrants, Gadem, AMDH, CNDH), the group Morocco Migrants Solidarity and the support from the comrades from APDHA Cadiz, Spain, were blocked by police on their way to go to the meeting point of the gathering in the “Place des Nations” Tanger. The groups wanted to protest against racist attacks and repressions that subsaharan migrants are suffering. The delegation from Rabat with more than 30 people were refused entry to the city of Tanger by the “forces auxiliaires”. Instead they made a gathering on the spot, when they could not join to the comrades from Tanger.
Migrants who wanted to come to the demonstration were controlled and stopped by police. People who came to the meeting point were expected by the police, and there was an enormous police presence who scattered people by threatening to attack. “This policy goes against the poor people. Morocco is acting as the watchdog for Europe”, said a guy from Tanger who came to demonstrate against racism. A person born in Senegal explains: “We are here to pass to Europe, we do not want conflicts, we want tranquility, we are looking for a job and a life.” In Tanger the migrants are each day pushed out of the city more and more brutally. The authorities block their circulation close to the European border with repression, organized attacks and deportations to Casablanca, Rabat, Fes and recently even with deportations to countries of origin.
While the EU increases the means to militarize its external borders, the migrants awaiting entry are repressed harder in the Moroccan kingdom for every day.

Armid, SOC, Morocco Migrants Solidarity

Répression à Tanger

Des migrants de Tanger et aussi des associations de Tanger (AMDH, Armid, Chabaka, Atack Tanger, visa sans frontières) en cooperation avec des associations de Rabat (conseil de migrants, Gadem, AMDH, CNDH) la groupe Morocco Migrants Solidarity et le soutien des camerades de Cadiz, Espagne, étaient bloqués par la police en route à la Place des Nations où le sit-in devrait être. Les groupes voulaient protester contre les attaques racistes et la répression
dont les migrants subsahariens souffrent. La delegation de Rabat qui est venue avec plus de 30 personnes étaient refusé d’entrer à la ville par les “Forces Auxiliaires”. Face à cette situation ils ont fait un sit-in sur place, comme ils ne pouvaient pas joindre les camerades à Tanger.
Les migrants de Tanger qui voulaient venir à la manifestation étaient arrêtés et controllés par la police. Les gens qui sont venus à la place des Nations étaient attendu par une présence
enorme de forces policières et étaient chassés avec la menace d’attaquer. Un homme de Tanger qui voulait aller à la manifenstation contre le racisme a dit: ”Cette politique est contre le gens pauvres. Le Maroc est le gendarme d’Europe.” Une personne née au Sénégal a expliqué: “On est ici pour traverser vers l’Europe. On ne veut pas des conflits, on veut la tranquilité, on cherche du boulot et la vie.” A Tanger les migrants sont chassé de la ville chaque jour de
plus en plus brutale. Les autorités bloque la circulation près des frontières de l’Europe avec répression, des attaques organisés, des deportations vers Casablanca, Rabat, Fez et même avec deportations vers les pays d’origine.
Pendant l’UE augmente les moyens pour la militarisation des frontières extérieures, les migrants attendant l’entrée sont repressés par le regime marrocain de plus en plus chaque jour.

Armid, SOC, Morocco Migrants Solidarity

Represión en Tanger

L@s migrantes de Tanger tanto como las asociaciones de Tanger(AMDH, Armid, Chabaka, Atack Tanger, visa sans frontières) en cooperación con las asociaciones de Rabat(conseil de migrants, Gadem, AMDH, CNDH), el grupo Morocco Migrants Solidarity y desde España un apoyo desde l@s compañer@s de APDHA Cadiz y SOC Almeria fueron bloqueados por la policia cuando se dirigían de ir al punto de encuentro de la concentración en la „Place des Nations“ de Tanger. Los grupos querían protestar contra los ataques racistas y represiónes que sufren l@s migrantes subsaharian@s durante las últimas semanas. Los „forces auxiliaires“ negaron la entrada a la ciudad de Tanger a la delegación de Rabat con más que 30 personas. Allí realizaron una concentración puntual. No podían juntarse con l@s compañer@s de Tanger.
L@s migrantes que querían venir a la manifestación fueron controlad@s y rechazad@s por la policia. A las personas que llegaron al punto de encuentro ya les esperaba una presencia policial enorme que dispersó a la gente amenazando con cargas. „ Este política va en contra de los pobres. Los marroqiés están haciendo la guardia de virgilancia para europa“ comenta un chico de Tanger que habia venido para manifestar contra el racismo. Una persona, nacida en Senegal explica: „ Nosotros estamos aqui de paso a europa, no queremos conflictos, queremos estar en tranquilidad, buscamos un trabajo y una vida“. En Tanger l@s migrantes están rechazad@s de la ciudad cada vez más. Los autoridades bloquean la circulación cerca de la frontera con UE. Con represión, ataques organizados y deportaciónes a Casablanca, Rabat, Fes y hace poco hasta con deportaciónes a los países de orígen.
Mientras la UE aumenta los medios para militarizar sus fronteras exteriores, l@s migrantes en espera de entrada están cada dia más castigad@s en el reino marroquí.

Armid, SOC, Morocco Migrants Solidarity

Guardia Civil chief brought to court

A little victory for human rights
The colonel in charge of the Guardia Civil, Ambrosio Martín Villaseñor, is finally being held responsible for the illegal push backs carried out under his command, which is a clear violation of both national law and international treaties. He will be asked to testify in court on the 2nd of October as he is suspected of being in command of two incidents of migrants being pushed back, after officially reaching Spanish territory. There are videos documenting the two incidents, taking place on June 18th and August 13th. On the 18th, some 400 migrants tried to cross to Melilla, and 200 of them made it to the area between the fences, where they remained trapped. Although this is officially Spanish ground, they were all pushed back to Morocco. On the 13th of August several migrants sat on the top of the fence for a long period of time, from where they were pushed back. According to international treaties, any person reaching Spanish territory has the right to claim asylum and have their case undergo the legal procedure. Colonel Martín Villaseñor and his illegal operations have clearly violated the most basic right to asylum. The court’s ruling is a big victory for migrants’ rights and the Spanish NGOs P.R.O.D.E.I.N, Andalucia Acoge and SOS Racismo, who have been denouncing these pushback cases for a long time.
We will provide further updates after the 2nd of October, when the court has reached a decision.

Longer article in Spanish: http://www.cadenaser.com/espana/articulo/imputado-prevaricacion-jefe-guardia-civil-melilla-expulsiones-inmigrantes-valla/csrcsrpor/20140915csrcsrnac_4/Tes

Le chef de la Guardia Civil appelé devant les tribunaux

Une petite victoire pour les droits humains

Le colonel en charge de la Guardia Civil, Ambrosio Martín Villaseñor,est finalement tenu responsable pour les dossiers de refoulements illégaux qui sont des violations flagrantes du droit national et des traités internationaux. Il sera invité à témoigner devant le tribunal le 2 Octobre. Il  est soupçonné d’être responsable de deux refoulements de migrants qui avaient  atteint officiellement le territoire espagnol. Des vidéos documentent les deux incidents, qui ont eu lieu le 18 Juin et le 13 Août. Le 18, quelque 400 migrants ont tenté de traverser à Melilla. 200 d’entre eux ont été pris au piège entre les deux clôtures. Bien que cet endroit soit officiellement sol espagnol, ils ont tous été refoulés vers le Maroc. Le 13 Août lusieurs migrants assis sur le dessus de la clôture pendant longtemps, ont finalement aussi été refoulés. Selon les traités internationaux, toute personne qui atteint le territoire espagnol a le droit de demander l’asile et leur demande doit être soumis aux autorités concernées. Le colonel Martín Villaseñor a lors de ces opérations clairement violé le droit le plus fondamental d’asile. La décision de la cour est une grande victoire pour les droits des migrants et pour les ONG espagnoles PRODEIN, Andalucia Acoge et SOS Racisme, qui dénoncent ces cas de refoulement depuis longtemps.
Nous fournirons d’autres mises à jour après le 2 Octobre, lorsque le tribunal a pris une décision.

Un article plus long en espagnol: http://www.cadenaser.com/espana/articulo/imputado-prevaricacion-jefe-guardia-civil-melilla-expulsiones-inmigrantes-valla/csrcsrpor/20140915csrcsrnac_4/Tes

Press release

Stop the hate crimes and deportations
Respect for the dignity of migrants

Sit-in on Thursday the 11th of September 2014 at 6pm in front of the parliament (Rabat)

Tangier is still making headlines with the brutal murder of Charles Paul Alphonse NDOR, a young Senegalese, 26, attacked with knives, August 30, 2014 in Boukhalef district, while several of his friends and countrymen were injured, attacked by dozens of aggressors without police intervention to protect the migrants.
Furthermore, dozens of migrants, going on the streets to show their grief and indignation, were arrested. 26 of them went on an emergency trial, within 72 hours, and were sentenced to one month in prison and a fine of 1000 dh. Other migrants were being held back, and instead of being released, twenty of them were deported from the Casablanca airport, while six others were detained in the basement of the airport, where they threatened to go on a hunger strike to protest against their detention, the threat of deportation, and the bad treatment they were subjected to.
While the Moroccan state announced their new policy on migration, where the Moroccan government committed to a humanitarian approach to the immigration issue, to respect the right to seek asylum and regularization of undocumented migrants, there has in the past year been six deaths of sub-Saharan migrants, as a result of racist attacks and police intervention, there has been an increase in assaults, in mass deportations, particularly between the North and the centre of Morocco, with constant deportations, which is creating a climate of terror, especially in the north of Morocco and around the enclaves of Ceuta and Melilla. Meanwhile the regularization turns out to be very slow, and has only allowed very few migrants, until now, to obtain residence permits, while UNHCR themselves rang the alarm bell because of how the Moroccan authorities managed the cases of asylum seekers.
It is in this poisonous context that these heinous and barbaric crimes took place, which reflect a racist hatred. This, the Moroccan government itself is responsible for, with the violence it exercises itself against the sub Saharan migrant community situated in a state of extreme poverty and lawlessness.
That is why we are here to offer our condolences to the family and friends of the victim, Charles NDOR and the entire sub-Saharan and Senegalese community residing in Morocco.
We condemn this racist and barbaric crime and call for the opening of a serious and thorough investigation that would identify the perpetrators and the people behind them and bring them to justice.
We condemn the attitude of the Moroccan government and security forces who are far from protecting a community subjected to racism, and who commit themselves violence and lawlessness. We urge them to respect all international treaties they have signed.
We condemn all forms of racism, discrimination and exclusion, and reaffirm our commitment to the values ​​of inter cultural dialogue, solidarity and respect for human rights, dignity and integrity of every person residing in Morocco, whatever their nationality, religion or colour.
We call on all democratic organizations and citizens to join the sit-in that will be held Thursday, September 11, 2014 at 18h in front of the Parliament and the solidarity caravan that will be be held later in Tangier.

ALECMA, AMDH (Maroc), AMDH (Mauritanie ), A.S.M. Afrique Survie Migration, Association des Réfugiés Sans Frontières (Cameroun), ATTAC/CADTM Maroc, Conseil des Migrants Subsahariens au Maroc,Conseil des migrants de France, Joint Action for those Forced to EMigrate (JAFEM), Organisation de la diaspora africaine ( Pays- Bas), Papiers pour tous, SOS Migrants (Belgique) , Stiftung : do (Hambourg).

Communiqué de presse

Halte aux crimes racistes et aux expulsions
Respect de la dignité des migrants

Sit-in le jeudi 11 septembre 2014 à 18h devant le Parlement (Rabat)

La ville de Tanger défraie encore la chronique avec le sauvage assassinat dont a été victime Charles Paul Alphonse Ndour, jeune sénégalais de 26 ans, égorgé à l’arme blanche, le 30 août 2014 dans le quartier Boukhalef, tandis que plusieurs de ses amis et  compatriotes ont été blessés, attaqués par des dizaines de provocateurs sans que la police n’intervienne pour protéger ces immigrés.
Pire encore, plusieurs dizaines de migrants, partis en cortège clamer leur douleur et leur indignation, ont été arrêtés. 26 d’entre eux ont été jugés  en urgence, en moins de 72 heures et condamnés à un mois de prison avec sursis  et 1000 dh d’amende.  Mais au lieu d’être libérés, vingt d’entre eux ont été expulsés, par l’aéroport de Casablanca, tandis que six autres, détenus dans les sous-sols de cet aéroport,après avoir menacé de déclencher  une grève de la faim pour protester contre leur détention et les mauvais traitements qu’ils subissent , ont finalement été libérés.
Loin des effets d’annonce de la nouvelle politique en matière de migration, selon laquelle le gouvernement marocain s’engageait  à une approche humanitaire de la question migratoire, au respect du droit d’asile et à la régularisation des sans-papiers, l’année qui vient de passer  s’est soldée par la mort de 6 migrants subsahariens, à la suite d’agressions racistes ou d’interventions policières, par la multiplication des agressions,  par des déportations massives, notamment depuis le Nord vers le centre du Maroc, par la poursuite des expulsions, créant un climat de terreur, notamment dans le Nord du Maroc et autour des enclaves de Ceuta et Melilla. Parallèlement l’opération de régularisation avance à une lenteur d’escargot et n’a permis qu’à très peu de migrants, à ce jour, d’obtenir des titres de séjour, tandis que le HCR lui-même tirait la sonnette d’alarme sur la façon dont les autorités marocaines géraient le dossier des demandeurs d’asile.
C’est dans ce contexte délétère que s’est déroulé ce crime odieux et barbare, qui reflète une haine raciste dont l’Etat marocain porte la responsabilité, par la violence qu’il exerce lui-même à l’encontre de la communauté migrante subsaharienne, plongée dans une situation d’indigence et de non-droit.
C’est pourquoi nous tenons ici à présenter nos condoléances à la famille et aux amis  de la victime, Charles Ndour ainsi qu’à toute la communauté sénégalaise et subsaharienne résidant au Maroc.
Nous condamnons ce nouveau crime raciste et barbare et demandons l’ouverture d’une enquête sérieuse et approfondie qui permette d’identifier les coupables et leurs commanditaires et de les présenter à la justice.
Nous condamnons l’attitude  du gouvernement marocain et des forces de l’ordre qui loin de protéger une communauté en butte au racisme, la maintient lui-même dans la violence et le non-droit. Nous l’exhortons au respect de l’ensemble des textes internationaux dont il est signataire.
Non dénonçons toute forme de racisme, discrimination et exclusion  et réaffirmons notre attachement aux valeurs du dialogue interculturel, de la solidarité et du respect des droits humains, de la dignité et l’intégrité de toute personne résident sur le territoire marocain, quelles que soient sa nationalité, sa religion ou sa couleur.
Nous appelons l’ensemble des organisations démocratiques et des citoyens à se joindre au Sit-in qui sera organisé le jeudi 11 septembre 2014 à 18h devant le parlement et à la caravane de solidarité qui sera organisée postérieurement à Tanger.

ALECMA, AMDH (Maroc), AMDH (Mauritanie ), A.S.M. Afrique Survie Migration, Association des Réfugiés Sans Frontières (Cameroun), ATTAC/CADTM Maroc, Conseil des Migrants Subsahariens au Maroc,Conseil des migrants de France, Joint Action for those Forced to EMigrate (JAFEM), Organisation de la diaspora africaine ( Pays- Bas), Papiers pour tous, SOS Migrants (Belgique) , Stiftung : do (Hambourg).

Report of the meeting of the Platform of Subsaharan Communities and Associations in Morocco

This meeting comes following the barbarity of recent events in Boukhalef, Tangiers, in which 20 people were injured or missing and which led to the death of the young Senegalese man named Charles Paul Alphonse Ndour, a 25 year old law student in Casablanca. This violence happened in total disregard of the Moroccan authorities and also our diplomatic efforts.
We strongly condemn these barbaric, xenophobic and racist actions of Moroccan nationals in the Boukhalef neighborhood of Tangiers, and call on the authorities of the city to carry out an investigation that establishes who was responsible and brings the perpetrators to account.

We also call for the release of all the protesters.

We declare that according to our missionaries in Tangiers there exists a racist extremist group called the “Racist Union”, which funds local youth to attack Black people.

The platform of associations and communities announce the following:
– A peaceful demonstration is scheduled for Tuesday 02/09/14 at 10am in front of the Embassies of Cameroon, Senegal, Guinea, Ivory Coast, Nigeria, Mali and Mauritania (the presidency of the African Union)
– A sit-in outside the headquarters of the United Nations and the Delegation of the European Union

We call on all organisations defending migrants to support us in this action.

The Platform of Subsaharan Communities and Associations in Morocco

Rapport de la réunion de la Plateforme des Associations et Communautés Subsahariennes

Suite à la barbarie des habitants de Boukhalef qui a conduit à la mort du jeune Sénégalais Charles Paul Alphonse Ndour âgé de 25 ans étudiant en droit à Casablanca, dont une vingtaine de personnes sont blessés et des disparus.
Et cela se passe dans l’indifférence totale des autorités marocaines et également nos représentations diplomatiques.
Nous condamnons avec fermeté ces comportements barbares, xénophobes et racistes, de ressortissants marocains du quartier Boukhalef de Tanger, et demandons aux autorités de cette ville de diligenter une enquêtes enfin que les parts de responsabilité soient établies, et que les auteurs répondent de leurs actes.
Nous demandons également la libération de tous les manifestants.

IL EST à signaler qu’à Tanger règne un groupe d’extrémiste, baptisé « syndicat des racistes », c’est ce groupe d’extrémiste qui financent les jeunes du quartier pour s’attaquer aux noirs, nous rapportent nos missionnaires dépêché à Tanger.

La plate forme des associations et les communautés ont  prient  les dispositions suivantes.
–  Une manifestation pacifique est prévue le mardi 02/09.14 à 10h, devant sept ambassades à savoir : Cameroun, Sénégal, Guinée, Cote d’ivoire, Nigéria, Mali plus la Mauritanie (présidence en exercice de l’Union Africaine)
– Un sit-in devant le siège des nations unies et la délégation de l’Union Européenne
Nous demandons à toutes les organisations de défense des migrants de nous soutenir dans cette action.

La Plateforme des Associations et Communautés Subsahariennes

Attaques racistes à Boukhalef

La violence dans Boukhalef, un quartier de Tanger dans le Nord du Maroc,a atteint une nouvelle dimension. Vendredi soir, le 29 Août, un groupe raciste et armé de couteaux et de battes ont attaqué des migrants et tué au moins une personne – un Sénégalais – en lui coupant la gorge avec un couteau. Plusieurs autres ont été gravement blessés et ont été amenés à l’hôpital. Certains d’entre eux sont toujours dans un état critique. Les gens parlent de jusqu’à 3 décès , non confirmés.

Ce n’est pas la première fois cet été qu’un grand groupe de Marocains attaque les migrants. Dans la nuit, le 20 Juin un appartement de migrants a été attaqué après une discussion entre le propriétaire et des migrants.Le feu a été mis à l’intérieur de l’appartement et plusieurs personnes ont été blessées après un combat. Le 15 Août, il y a seulement deux semaines, les migrants et une espagnole militante des droits humains ont été attaqués quand ils rentraient d’un festival africain dans le centre-ville. Les femmes ont été harcelées sexuellement. La police n’a  pas voulu intervenir, ont laissé faire, et ont même fait des blagues menaçantes à l’égard des victimes.

Ce samedi après le meurtre d’au moins un migrant, les migrants se sont
réunis pour faire une manifestation et porter le corps du Sénégalais mort dans le centre de la ville pour protester contre cette violence insupportable et exiger la «liberté» et les «droits humains». Mais ils ont été violemment interpellés par la police,des témoins parlant de tabassage des migrants. Beaucoup de gens ont été blessés et ont été hospitalisés (à ce jour, nous n’avons pas des informations claires sur le nombre).

Lors des trois agressions de ces derniers mois les agresseurs ont attaqué les migrants, en criant des slogans racistes sans l’intervention de la police qui était pourtant présente. Des témoins rapportent que parmi eux il n’y avait pas seulement des monstres racistes , mais des groupes organisés avec dirigeants. Les migrants parlent d’un climat raciste très important et très menaçant ce trimestre. Ils ont peur de quitter leurs maisons. Un migrant présent lors des événements a déclaré: «Il semble qu’ils veulent nous chasser tous et en même temps le gouvernement marocain nous empêche de sortir. Nous ne pouvons pas supporter cela plus longtemps. Le monde doit faire quelque chose “.

Depuis samedi soir, la situation s’est calmée un peu avec une énorme présence de la police partout dans les rues de Boukhalef.

Racist Attacks in Boukhalef

The violence in Boukhalef, a quarter of Tangier in the North of Morocco, has reached a new dimension. Friday night, the 29th of August, a racist group armed with knives and bats attacked migrants and killed at least one person – a Senegalese – by cutting his throat with a knife, several others were badly injured and were brought to a hospital. Some of them are still in critical conditions. People talk about up to 3 more deaths which is not yet confirmed.

This is not the first time this summer that a larger group of Moroccans attacks migrants. In the night on the 20th of June an apartment of migrants was attacked after migrants were arguing with the landlord. Fire was set inside of the apartment and several people were injured after a fight. On the 15th of August, only two weeks ago, migrants and a spanish human rights activist were attacked when they were coming home from an African Festival in the city center. Women were harassed sexually. The police denied stopping the aggressors but let them continue and was even making threatening jokes towards the victims.

This Saturday after the killing, migrants gathered to do a demonstration and carry the body of the dead Senegalese into to citiy center to protest against this insupportable violence and to demand “liberty” and “human rights”. But they were violentley stopped by the police. People reported police officers beating up migrants while Moroccans could attack migrants without being stopped by the police. Many people were injured and needed to be hospitalized (so far, we don’t have clear numbers).

In all three events aggressors could attack migrants, shouting racist slogans without the intervention of the police. Witnesses report that there were not only racist mobs acting but organized groups with leaders. Migrants talk about a raising racist and threatening climate in the quarter. They are afraid of leaving their homes. One migrant present at the events said: „It seems that they want to chase away all of us and at the same time the Moroccan goverment prevents us from leaving. We can not suffer this any longer. The world has to do something.“

Since Saturday evening the situation as calmed down a bit with a huge police presence everywhere in the streets.

Rafle !

Violences policières à la frontière à Melilla
Une nouvelle vidéo de Pro.De.In montre la violence de la police Espagnol et Marocaine aux grillages de Mellila et dans la forêt de Gourougou.

“Les migrants clandestins qui se cachent dans la forêt de Gourougou espérant passer la clôture pour aller a Melilla sont soumis à des persécutions permanentes de la part des forces sécuritaires marocaines.
Ils subissent pas seulement la détention mais aussi des déportations vers le désert ou d’autres endroits dans le Sud du Maroc. Pendant les rafles ils subissent un niveau de violence insupportable et souvent il y a des morts.”

Regardez aussi sur le blog de Pro.De.In “melillafronterasur.blogspot.com”. Il est en espagnol mais vous pouvez trouvez beacoup de vidéos sur la situation à Melilla. Regardez aussi vimeo.com/user12822802/videos

Raid!

Police violence at the border of Melilla
A new video of Pro.De.In from Melilla shows the brutal practices of Spanish and Moroccan polices at the border fences and during raids on the Mountain of Gourougou.

“The undocumented migrants who are hiding at mount Gourougou in the hope to croos the border to Melilla are suffering continuous prosecution by moroccon security forces.
To the detention you have to add the deportation to the desert and other destinations in the south of Morocco. During the raids they are suffering intolerable levels of violence and quite often people are dying.”

 

We can recommend the blog of Pro.De.In “melillafronterasur.blogspot.com”. The site is in Spanish but you can find lots of videos about the situation around Melilla. Check also vimeo.com/user12822802/videos

A tribute

Some of us had the chance to meet Simon.

David Fidele, the direcor of “The Land Between”, wrote this short tribute to Simon which we want to share.

This is Simon – also known as “Rasta”.
I met Simon while in Tanger, Morocco, at the start of this year. I was walking the streets and he came up to me with a big smile on his face, to shake my hand and give me a hug. I didn’t immediately recognise him, until he told me that we had met in the Gourougou Mountains of northern Morocco last year – he was living in the mountains along with thousand of other Sub-Saharan African migrants, dreaming of one day entering Europe for a “better life”.
We went to a cafe to drink a tea together, and I showed him my finished film. He loved it.
Simon was from Guinea Conakry. He was an artist. A musician.
He showed me photos of himself playing music, and told me that all he wanted to do was to go to Europe to play music.
Now that will never happen.
I just received the news that Simon passed away last week. He drowned while attempting to cross from Morocco to Spain on a small boat, without a life jacket. It is being reported that over 1,200 migrants successfully reached Spain from Morocco last week. It is suspected (but not being reported) that up to 100 migrants also died while attempting this journey in the past week.
We put up walls. We put up barriers. And we think that this is a way to stop the movement of people. To stop migration. But it is not.
All it does it make determined people take incredible risks, which so often turns fatal.
Every migrant has their own unique story. Some are asylum seekers, fleeing war or persecution. Some are “economic migrants”, wanting to work to send money back to their families.
And some are footballers. Artists. Musicians. Wanting to share their talent with the world, and get opportunities that they can not in their own countries.
Simon just wanted the opportunity to play music.
I only spent a very short time with Simon, but I know that his character, personality and enthusiasm touched many people in his time in Morocco.
Here is a song that he recorded in Morocco called “Rastaman”, where his music lives on – https://myspace.com/diasporaguinea/music/song/rasta-man-95799271-106745656 (you have to stop the “advertising” first, and then press play to listen to his music)

 

Un hommage

Quelques’uns de nous ont eu la chance de faire la connaissance de Simon

David Fidele, le réalisateur de “The Land Between”, a écrit ce petit hommage sur Simon que nous voulons partager.

rasta
Voici Simon – aussi connu sous le nom de “Rasta”.
J’ai rencontré Simon à Tanger, au Maroc, au début de l’année. Je marchais dans la rue et il est venu vers moi avec un grand sourire, m’a serré la main et m’a pris dans ses bras. Je ne l’ai pas reconnu immédiatement mais il m’a rappelé qu’on s’était rencontré dans les montagnes de Gourougou, au Nord du Maroc, une année auparavant. A ce moment, il vivait dans les montagnes avec une centaine de migrants sub-sahariens, rêvant tous de traverser la frontière pour une vie meilleure, en Europe.
Nous nous sommes assis à un café, avons bu un thé ensemble et je lui ai montré mon film. Il l’a beaucoup aimé.
Simon venait de Guinée-Conakry. Il était artiste. Musicien.
Il m’a montré des photos de lui jouant de la musique et il m’a confié que tout ce qu’il désirait c’était aller en Europe pour faire connaître sa musique et continuer à jouer.
Aujourd’hui, nous savons que cela n’arrivera jamais.
Je viens d’apprendre que Simon est décédé la semaine dernière. Il s’est noyé alors qu’il tentait de traverser la mer entre le Maroc et l’Espagne sur un petit bateau de fortune, sans gilet de sauvetage. Selon les dernières nouvelles, plus de 1200 migrants sont parvenus à franchir la frontière la semaine passée. On estime que dans l’espace de cette semaine, une centaine de personnes ont péris dans ce terrible voyage (chiffres non confirmés).
Nous érigeons des murs, nous élevons des barrières et nous pensons que cela permettra de mettre fin aux mouvements de population, à la migration. Mais ce n’est pas le cas.
Cela entraîne seulement des personnes très déterminés à prendre d’énormes risques, parfois fatals.
Chaque migrant à sa propre histoire. Certains sont à la recherche d’un asile, fuyant la guerre ou les persécutions. D’autres sont des « migrants économiques », attendant du travail pour envoyer de l’argent à leur famille.
D’autres encore, sont footballeurs, artistes ou musiciens. Ils attendent de partager leurs talents avec le reste du monde et vont chercher des opportunités qu’ils n’ont pas dans leur propre pays.
Simon cherchait juste l’opportunité de jouer sa musique.
J’ai passé très peu de temps avec Simon mais je sais que sa personnalité, son enthousiasme et sa joie de vivre ont touché beaucoup de personnes pendant son séjour au Maroc.
Voici un titre enregistré au Maroc et appelé « Rasta Man », afin que sa musique continue d’exister :
https://myspace.com/diasporaguinea/music/song/rasta-man-95799271-106745656 (Il faut arrêter la publicité, puis presser « play » pour écouter ce titre).

Les migrants subsahariens otages du jeu politique entre la Maroc et l’Europe 19/08/2014

Il y a eu plusieurs  de tentatives de passage des grillages à Melilla et Ceuta cette année 2014, provoquant des passages en nombre mais aussi des refoulements, des morts et des blessés graves.
Lors de ces tentatives on a pu observer des collaborations entre la police espagnol et Marocaines pour réprimer et refouler des migrants qui se trouvait sur le territoire espagnol et qui ont été  remis dans les mains des forces militaires Marocaines. http://beatingborders.wordpress.com/2014/05/24/violence-at-the-spanish-moroccan-border/
Depuis quelques semaines par contre un nouvel ordre est arrivé «  d’en haut ». Les frontières sur la côte Marocaine n’ont plus été contrôlées pendant plusieurs jours par la garde Marocaine. Et les migrants en ont été avertis par personnes interposées de l’ouverture de ces frontières.
Suite à cette rumeur plusieurs « attaques «  des grillages ont eu lieu à Mellila par les migrants, réfugiés dans la forêt de Gourougou. Quelques dizaines de migrants ont réussi à passer du côté espagnol, et quelques uns y ont encore une fois laissé leur vie.
A Tanger d’autres migrants ont profité de cette occasion pour prendre leurs bateaux, leurs bouées et ont traversés le canal de Gibraltar. Les médias en ont fait la une de leurs journaux, parlant d’une invasion, et de « dysfonctionnement » de la police Marocaine, mais oubliant de parler des « accidents » lors de ces traversées. Selon divers témoignages plusieurs dizaines de migrants y ont perdus la vie. Des corps ont été trouvés, au moins deux embarcations sont disparues et divers vêtements et matériels ont été rejetés sur les côtes. Les conditions dans lesquels ces personnes ont perdu la vie est inconnue et ne sont pas relevés par les médias et les autorités.
Pendant la même période des individus Marocains ont agressés à coup de bâton et de pierre des femmes et des enfants Subsahariennes qui revenaient d’une fête Africaine dans le quartier de Boukhalef,  quartier ou logent beaucoup de familles subsahariennes. La police Marocaine présente lors de ses agressions n’est pas intervenue et une militante qui essayait de s’interposer a également été agressée. Encore une fois les médias ont fait leur scoop sur l’agression de cette activiste mais pas un mot sur les actions et propos racistes des acteurs de ces agressions et de l’état de leurs victimes.
Tous ces événements tragiques nous semblent être un jeu politique des autorités Marocaines,  pour jouer de leur pouvoir en tant que « gardes frontières » de l’Europe forteresse, pour provoquer l’Espagne et remettre en questionnement l’appartenance des enclaves de Ceuta et Melilla, pour continuer à  entretenir le racisme anti subsaharien dans leur pays. On sait bien que les autorités européennes donne de l’argent au garde marocain. Les migrants sont utilisés comme otages dans un jeu économico-politiquo- sécuritaires où les deux états capitalistes négocient le prix de la « protection » de la frontière d’Europe.

Rien n’empêchera les migrations !
Pas un monde sans migrations !
Pour un monde sans Frontières !

Sub-Saharan migrants hostages of the political game between Morocco and Europe 19.08.2014

There were several border crossing attempts at the fences of Ceuta and Melilla this year 2014. Many people managed to cross but there were also many push backs, deaths and serious injuries.
During those attempts Spanish and Moroccan police collaboration could be observed, repressing and pushing back migrants who were on the Spanish territory and handing over migrants to the Moroccan military forces. http://www.beatingborders.wordpress.com/2014/05/24/violence-at-the-spanish-moroccan-border/
Several weeks ago a new order came “from above”. During several days the Moroccan coastal border weren’t controlled anymore by the Moroccan coast guard and migrants were told about the opening of the borders.
Subsequently to these rumors several “fence attacks” took place at Melilla by migrants and refugees from the forest in Gourougou. Tens of migrants achieved to reach to the Spanish side and even there several lost their lives.
In Tangier other migrants took the occasion to take boats and buoys to cross the Strait of Gibraltar. The media took over the information, reporting on the front page about an invasion and about the “dysfunction” of the Moroccan police, but forgetting to talk about the “accidents” during the crossings. According to different testimonies several dozens of migrants lost their lives. Dead bodies have been found, at least two boats disappeared and some clothes and materials were washed up on the coasts. How the people lost their lives is unknown and not mentioned by the media and authorities.
Meanwhile in Boukhalef, a quarter of Tangier, where many sub-Saharan migrants live, Moroccan individuals assaulted sub-Saharan women and children with sticks and stones while they were coming back from an African festival. The Moroccan police, present during the assault, didn’t interfere and an activist who was trying to intervene was attacked, too. Once again media made a scoop on the aggression against the activist, not mentioning a word of the racist behavior of the aggressors nor on the state of the victims.
All these tragic events seem to be a political game of the Moroccan authorities to play with their power as border guards of “Fortress Europe” in order to provoke Spain and question the belonging of the enclaves Ceuta and Melilla and to maintain the anti-sub-Saharan racism in their country. We know that Europe’s authorities hand money to the Moroccan guard. Migrants are used as hostages in an economical-political-security game in which the two capitalist states are negotiating over the price of Europe’s border “protection”.

Nothing prevents migration!
No world without migration!
For a world without borders!

Risques, droits et sécurité en mer

*C’est une version courte d’un tract qui n’est pas encore publié.*

Maroc – Espagne

Cette notice d’information s’adresse aux gens qui envisagent de traverser la mer entre le

Maroc et l’Espagne.

Ce document ne vise pas à dissuader ni à encourager la traversée, mais plutôt à fournir des informations objectives et à proposer un échange d’expériences sur les risques, les droits et les mesures de sécurité minimales à prendre en mer.

 

Contacts d’urgence

Salvamento Marítimo (Espagne):         (+34) 900 202 202, (+34) 917 55 9 133, (+34) 956684740

(espagnol et anglais)

Morocco Marine Rescue Organization:   (+ 212) 537 625 877 (arab, francais et anglais)

 

SI VOUS DÉCIDEZ DE PARTIR, LISEZ CECI :

De nombreuses embarcations coulent à peine parties : ce sont souvent les moins chères et elles sont en mauvais état. D’autres chavirent à cause du mauvais temps ou parce que c’est la panique à bord. D’autres perdent leur direction ou se retrouvent à court de carburant et dérivent pendant des jours ou des semaines, leurs passagers mourant lentement de faim ou de soif. Parfois, même lorsqu’ils ont été appelés, les secours ne trouvent pas les embarcations fautes de clarté dans la communication. Souvent, les autres bateaux en mer n’assistent pas les migrants en détresse même s’ils les voient. Les informations suivantes ne rendront pas la traversée sûre. Et dans les situations que vous allez rencontrer, vous ne pourrez peut-être pas suivre les conseils proposés, mais cela vous donne une idée de ce à quoi il faut vous attendre et de comment vous y préparez, et cela peut sauver votre vie.

 

ACHETEZ UN GILET DE SAUVETAGE ET DES VIVRES

  • Vérifiez qu’il y a assez de gilets de sauvetage pour tous ! Un gilet de sauvetage de qualité ou au moins une vessie (chambre à air), votre vie en vaut la peine ! Portez-le dès que votre bateau démarre et gardez le tout le temps de la traversée.
  • Prenez avec vous un sac à dos contenant un maximum d’eau et de nourriture (telle que des biscottes, des conserves, dattes et chocolate marruja). Emballez le tout dans des sacs plastiques résistant à l’eau. Prenez également tout cela avec vous si vous choisissez la route courte pour Tarifa, car il est possible que les garde-côtes ne vous trouvent pas immédiatement !
  • Portez plusieurs épaisseurs de vêtements adaptés à la saison, mais n’oubliez pas de prendre des vêtements chauds et une veste imperméable. Portez toujours un chapeau ainsi que des lunettes de soleil pour éviter la déshydratation.
  • Prenez des médicaments contre le mal de mer.
  • Il est possible que vous n’ayez que très peu de temps pour vous préparer avant le signal de départ, il faudra donc essayer d’avoir votre équipement aussi prêt que possible tout le temps avec vous (un petit sac à dos avec ce dont vous avez besoin).

 

ASSUREZ-VOUS QUE LE MATÉRIEL DE SECOURS FONCTIONNE

  • Prenez plusieurs seaux d’eau ou, pour les plus grands bateaux, une pompe en cas d’entrée d’eau.
  • Vérifiez qu’il y a bien des signaux de détresse à bord ! Le code de navigation prévoit des signaux rouge et orange. À défaut, n’importe quoi qui permette d’attirer l’attention peut être utile ; des sifflets, des sacs en plastique, des flashs de téléphones ou d’appareils photos, etc.

 

ASSUREZ-VOUS QUE L’ÉQUIPEMENT DE NAVIGATION ET DE COMMUNICATION FONCTIONNE

  • Un GPS serait le moyen le plus efficace pour vous localiser et vous sauver. Entre Tanger et Tarifa vous pouvez utiliser un smartphone avec l,application GPS. Pour la route entre Nador et Almería vous aurez besoin d´un télephone satellite. Vérifiez que vous avez des batteries rechargées et des batteries de réserve. Vérifiez que quelqu’un à bord sait comment s’en servir (ou bien apprenez vous-même à vous en servir) pour déterminer votre position avec le téléphone satellite (voir ci-dessous). Une boussole peut également être utile, pour garder le cap.
  • Evitez d´utiliser votre téléphone si vous n´en avez pas vraiment besoin!
  • Si vous partez en bateau avec un capitaine, il est possible qu’il essaye de prendre votre téléphone. Essayez de négocier avec lui la possibilité de le garder mais en enlevant la batterie.
  • Si vous faite le voyage avec un petit bateau (ce qui est probable si vous choisissez la route courte de Tanger à Tarifa), vous devez protéger votre téléphone de l’eau de mer, en l’éteignant et en l’emballant dans un sac plastique résistant à l’eau. Tout en vous assurant que vous pouvez l´utiliser durant le voyage.
  • Votre téléphone portable doit être bien rechargé et avec suffisamment de crédits pour appeler plusieurs numéros à l’étranger. Utiliser une carte Maroc Telecom ou Vodafone Espagne car ils fonctionnent mieux en mer, mais entre Nador et Almería vous aurez besoin d´un téléphone satellite.
  • Prenez avec vous les numéros d’urgence indiqués dans cette notice d’information!
  • Prenez avec vous les numéros d’amis et de relations au Maroc et/ou en Europe, et informez-les à l’avance de votre départ pour qu’ils puissent appeler les secours si vous ne donnez aucun signe de vie.

 

VÉRIFIER LA MÉTÉO AU POINT DE DÉPART ET D’ARRIVÉE

  • Vérifier que la météo est bonne pour les 3 prochains jours au point de départ et au point d’arrivée, consultez sur internet (METEOCONSULT.COM >> METEO CONSULT MARINE), ou en téléchargeant l’application METEO CONSULT MARINE sur votre téléphone. Prenez le temps de vous familiariser avec ça!

 

NE MONTEZ PAS DANS UNE EMBARCATION EN MAUVAIS ÉTAT OU SURCHARGÉE

  • Demandez à voir le bateau avant le voyage! Essayez-le!
  • Apportez une pompe pour gonfler le bateau
  • Vérifiez que la coque en bois ou gonflable (en caoutchouc) soit neuve ou en bon état: pas de trous, de parties déchirées ou dégonflées! Si vous devez porter le bateau jusqu’à la mer, méfiez-vous des épines : utilisez une couverture pour protéger la coque ! Si le bateau est en mauvais état, vous mettez immédiatement votre vie en danger !
  • Vérifiez pour combien de personnes le bateau est prévu. Un bateau surchargé multiplie les risques de naufrage !
  • Vérifiez s’il y a suffisamment de carburant pour effectuer deux fois le trajet prévu ! Vérifez s’il y a assez de pagaies, et si celles-ci sont en bon état, et si les gens qui tiennent les pagaies ont de l’expérience et de la force.

Ne consommez pas d’alcool ni aucune sorte de drogue !

 

EN MER

PRÉCAUTIONS PENDANT LE VOYAGE

  • Essayez de tenir un « journal de bord » de votre voyage, en écrivant ou en photographiant/filmant tout ce qui arrive, l’heure, la position GPS. Ceci pour vous aider à vous orienter. Observez la mer autour de vous pour éviter les collisions !
  • Portez toujours un chapeau, protégez-vous du froid, essayez de garder vos vêtements aussi secs que possible.
  • Mangez peu, juste assez pour ne pas avoir faim. Buvez peu mais régulièrement. Ne buvez jamais d’eau de mer !
  • En cas de mauvais temps, accrochez-vous à des cordes ou tout autre élément fixe du bateau. Faites tout ce que vous pouvez pour garder l’équilibre !
  • Gardez une attitude positive et calme. Évitez les conflits à tout prix ! Toute réaction brusque et tout geste de panique peut vous mettre en danger : des personnes peuvent tomber à l’eau et le bateau peut chavirer.

 

EN CAS DE DANGER, SIGNALEZ QUE VOUS ÊTES EN DÉTRESSE !

Si vous êtes en danger imminent (par exemple si la mer est trop forte, si vous êtes en panne ou perdu, si une personne est tombée par-dessus bord), appelez immédiatement tout les numéros de secours que vous avez. Quelque soit votre nationalité ou statut juridique, le secours de personnes en détresse en mer est une obligation inconditionnelle des capitaines de tout bateau à proximité ainsi que des états côtiers.

Si vous voyez d’autres bateaux ou avions à proximité, signalez-vous et demandez de l’aide par tous les moyens disponibles : en les contactant par radio VHF si vous en avez une (lancez un appel de détresse « Mayday » ainsi que votre position GPS sur le canal radiophonique 16) ; en envoyant une fusée de détresse ; en agitant des vêtements; en hurlant ; en sifflant ; en utilisant les flashs de vos téléphones portables/ appareils électroniques.

 

Contacts d’urgence

Salvamento Marítimo (Espagne):   (+34) 900 202 202, (+34) 917 55 9 133, (+34) 956684740

                                                           (espagnol et anglais)

Morocco Marine Rescue Organization:      (+ 212) 537 625 877 (arab, francais et anglais)

Croix Rouge (Espagne):                              (+34) 901222222

 

Trouvez quelqu’un qui parle leur langue ou l’anglais. Restez calme. Indiquez-leur que vous êtes en détresse ainsi que : votre position GPS, le nombre, la nationalité et la condition des passagers, le nombre d’hommes, de femmes et d’enfants, le type, la taille et la condition du bateau (prend-t-il l’eau ? Le moteur fonctionne-t-il ?). Pour obtenir votre position avec un téléphone satellite Thuraya, appuyez sur : MENU > GPS MANAGER > CURRENT POSITION.

- Si vos batteries et votre crédit le permettent, contactez également vos proches/contacts en Europe ou au Maroc.

Lorsque les secours arrivent : RESTEZ CALME !

Lorsqu’un autre bateau vous porte secours, restez assis et ne faites pas de gestes brusques dans le bateau, cela risque de faire chavirer le bateau. Si vous souhaitez demander asile, exprimez-le clairement. La capitaine qui vous porte secours est obligé de s’assurer que vous ayez accès à une procédure d’asile si vous le demandez et de vous débarquer dans un port sûr d’un pays dans lequel vous ne serez pas menacé.

Si vous êtes intercepté, rendez vous sans résistance même si c´est la marine royale marocaine.

 

PERSONNE À L’EAU OU NAUFRAGE

  • Si une personne tombe à l’eau, arrêtez immédiatement le bateau. Ne la quittez pas des yeux jusqu’à ce qu’elle ait pu être récupérée ! Jetez une bouée, un gilet de sauvetage ou un objet flottant à sa proximité dès que possible. Faites ce que vous pouvez sans risquer votre propre vie.
  • Une personne seule à l’eau munie d’un gilet de sauvetage devrait se mettre en position foetale. Sans gilet, flottez sur le dos.
  • Plusieurs personnes à l’eau munies d’un gilet de sauvetage devraient s’accrocher l’une à l’autre pour se stabiliser et se réchauffer.
  • Sans gilet, elles flottent sur le dos en s’accrochant l’une à l’autre.
  • Lorsque la personne a été ramenée à bord du bateau, enlevez ses habits, séchez-la d’une couverture. Si elle a cesser de respirer, soufflez dans sa bouche et pratiquer le massage cardiaque.
  • Si le bateau entier a chaviré, tentez de vous y accrocher ou de vous accrocher aux morceaux qui flottent.

 

UNE FOIS À TERRE

 Demander l’asile

Vous avez franchi irrégulièrement une frontière et vous êtes dans l’illégalité, mais la convention de Genève de 1951 dit que vous avez le droit de demander l´asile si vous craignez d´être persécuté à cause de votre race, religion, nationalité, appartenance à un certain groupe social ou vos opinions politiques. Vous pouvez aussi demander l´asile même si vous ne faites pas partie de l´une de ces catégories .Pour faire une demande d’asile (« asilo ») en Espagne, vous devez vous rendre à un poste de police ou au bureau de l’immigration (oficina de extranjería), et insister sur votre droit d’asile. Vous pouvez aussi demander à être mis en contact avec des organisations compétentes pour vous aider et vous conseiller :

CEAR (Comisión Española de Ayuda al Refugiado) commission espagnole d’aide aux demandeurs d’asile : (+34) 91 598 05 35 (Madrid), Tel: (+34) 952 601 321 (Málaga/Andalucía)

UNHCR Espagne: (+34) 91 556 35 03

 

Vous pouvez trouver une liste d’organisations dans les pays européens et des informations plus détaillées sur les procédures d’asile ici :

www.w2eu.info

http://w2eu.info/pritings.en.html – nombreuses informations utiles pour lorsque vous êtes en Espagne!

Pour plus d´information vous pouvez contacter:

email: vdesmigrants@gmail.com

blog facebook: voix des migrants

website : www.voixdesmigrants.com

Rapportez les décès et les violations de vos droits

Si une personne meurt dans votre bateau, ou si un bateau ne vous apporte pas secours en situation de détresse, vous pouvez contacter une organisation locale qui défend les migrants et demander que votre témoignage soit entendu, ou vous pouvez:

écrire à: info@watchmed.net

Nous souhaitons recueillir vos témoignages et condamner ces faits pour que cela n´arrive plus. Essayez de donner le maximum de détails que vous pouvez, et envoyez-nous les photos ou vidéos de la traversée. Votre identité ne sera pas révélée et votre témoignage restera anonyme.

 

Watch the med

voixdesmigrants